HAND IN CAP

« Le mot handicap vient de la contraction de trois mots anglais Hand In Cap (la main dans le chapeau).

Vers 1660, un chroniqueur Anglais découvrait un système de troc d’objets entre deux participants.
Un arbitre, le « handicapper » déterminait la différence de valeur de deux objets, puis il déposait la somme compensant la différence dans un chapeau.

C’était donc un système d’échanges où l’on recherchait l’équité.

Progressivement, le terme fut utilisé dans le domaine sportif, en courses hippiques, le handicap correspondait à la volonté de donner autant de chances à tous les participants en imposant des

difficultés supplémentaires aux meilleurs.

Le handicap est souvent perçu comme un manque ou une tare par rapport à une population dite « normale ». 

Cette vision occulte la notion de diversité, d’échanges, et de richesse.

Cette vision restreinte, qu’elle soit ou non volontaire, ainsi que le sentiment de culpabilité qui l’accompagne, amènent une série de comportements vis-à-vis de la personne et de son handicap qui vont de la gène, du rejet, à l’indifférence. Ces réactions soulignent l’importance d’ouvrir le regard au delà du handicap pour rencontrer une personne avec une histoire, des passions, des loisirs, des projets, des désirs, des rêves...

Le handicap fait partie de la condition humaine. Tout le monde, à un moment ou l’autre de la vie, risque de vivre avec une déficience temporaire ou permanente.

Ainsi, la loi considère comme « personne handicapée » tout individu limité dans ses interactions avec son environnement et dont la limitation est à même de lui poser des difficultés morales, intellectuelles, sociales et physiques.»

Pierre Leray 

"..Les témoignages des adultes sont empreints d’une grande humanité et d’une grande sincérité.


Ces histoires de vie sont émouvantes et s’inscrivent dans la réalité quotidienne.

Vincent, Sylvia, Jonathan, Françoise, Antoine, Nathalie, Julien, Elodie, Fabrice, Alban, Alain, Thomas nous offrent leur histoire de vie.

La confiance que ces adultes nous font de partager leurs espoirs, leur passé, leur présent et leur futur est un grand cadeau qui vous est fait à vous lecteur.

Au-delà des mots, les portraits en noir et blanc donnent un visage, un sourire, une personnalité, une humanité à chacun d’entre eux."

Marc Marhadour,
Directeur Général de l’Adapei de Loire Atlantique. 

« La nature crée des différences, la société en fait des inégalités »

                                                                               (Tahar Ben Jelloun)